Fondong

English version
coming soon

« Fondong » ouben « Kòkòlò zayann » ouben « Sèpan lakansyèl »

Gistavlabéka ka kontinyé vwayaj é travay ay. Lidé a Fondong rivé an lanné 2010 kon on vévé/senbòl a lavi la, asi fondas a son « Gwadloup » : Léwòz, Pajanbel, Granjanbel…

Ou pé menm di Fondong sé on lésans sosé mariné adan on ka, lévé tété an difé a ka.

Dé-twa biten ka sèvi nou karésol, ka pèmèt nou é dòt moun palé pou rivé an fon a jaden a Etyenn.

Kifè Fondong ka viv pou pawòl fè, adan lespri a Mbog Bassa la, a Hougan Ayiti la, a Fokon’lo Madagaska la, a Nsona Bakongo la.

Fondong la ka kon gwoka « Gwadloup », ta « Karayib » la, ta Lafrik-Kamita la, ta Monn la adan on lanviwonnaj ki pa ka mò.

Fondong ka sonné sa ki ka sòti adan-y menm, on son ki ka woulé kon sa yo ka rélé jazz.

I ka woulé an baz èvè 5 sonnè, dé moman i pé pwan on figi tousèl ouben on pakèt moun.

Sonnè a Fondong ka sòti tout koté : Jazz, Gwoka, Son a lari la…

Alèkilè Fondong ja fè plizyè kanpman/kominikasyon kon adan Festival Ilojazz la é adan Festival Gwoka la.

Lè gwoup la ka sonné, i ka sonné pou apépré 1nè idimi. I pé woulé si masterclass, istaj… alantou a son a nèg « Gwadloup » é a son Kòkòlò zayann.

« Fondong Naba Tan », prémyé CD ay, rivé an 2018.
6 sonnè anrejistré:

  • Gistavlabéka: Batri, Tanbou Ka & Vwa
  • Rudy Souriant (Kasouri): Pyanno a kouran & Senté, Vwa
  • Linley Marthe: Bas
  • Dominique Tauliaut: Konga, Ka makè, Ka boula
  • Gérald Grandman: Saks ténò & soprano
  • Sylvain Ransy: Pyanno a kouran
 

Ankh
 

Dans l’Egypte ancienne, le signe D, ANKH, à un autre niveau d’interprétation, symbolise l’être humain en son intégrité sociale, spirituelle et cosmique : l’anse représente la tête (Raison) ; la barre, les bras (lien entre Ciel et Terre) ; le trait vertical, le corps de l’homme entre Ciel et Terre. Ce qui signifie que l’être humain est intrinsèquement lié à tout le Réel et qu’il n’est qu’une vibration vivante et intelligente du cosmos primitif.

L’ANKH, symbole puissant s’il en est, noue par conséquent l’homme à la terre, au ciel, au système solaire, au cosmos tout entier. La vie humaine fait partie – est une partie – de l’ensemble des manifestations passées, présentes et futures, de l’Univers changeant, et pourtant toujours le même en son immensité infinie.
Théophile Obenga, présentation de la revue ANKH Revue d'Egyptologie et des Civilisations africaines

Mframadan
Nyansapo