Fondong

“Fondong” ouben “Kòkòlò zayann” ouben “Sèpan lakansyèl”

Gistavlabéka ka kontinyé vwayaj ay é travay ay. Lidé a Fondong rivé an lanné 2010 kon on vévé/senbòl a lavi la, asi fondas a son “Gwadloup” : Léwòz, Pajanbel, Granjanbel…

Ou pé menm di Fondong sé on lésans sosé mariné adan on ka, lévé tété an difé a ka.

Dé-twa biten ka sèvi nou karésol, ka pèmèt nou é dòt moun palé pou rivé an fon a jaden a Etyenn.

Kifè Fondong ka viv pou pawòl fè, adan lespri a Mbog Bassa la, a Hougan Ayiti la, a Fokon’lo Madagaska la, a Nsona Bakongo la.

Fondong la ka kon gwoka “Gwadloup”, ta “Karayib” la, ta Lafrik-Kamita la, ta Monn la adan on lanviwonnaj ki pa ka mò.

Fondong ka sonné sa ki ka sòti adan-y menm, on son ki ka woulé kon sa yo ka rélé jazz.

I ka woulé an baz èvè 5 sonnè, dé moman i pé pwan on figi tousèl ouben on pakèt moun.

Sonnè a Fondong ka sòti tout koté : Jazz, Gwoka, Son a lari la…

Alèkilè Fondong ja fè plizyè kanpman/kominikasyon kon adan Festival Ilojazz la é adan Festival Gwoka la.

Lè gwoup la ka sonné, i ka sonné pou apépré 1nè idimi. I pé woulé si masterclass, istaj… alantou a son a nèg “Gwadloup” é a son Kòkòlò zayann.

“Fondong Naba Tan”, prémyé CD ay, rivé an 2018.
6 sonnè anrejistré:

  • Gistavlabéka: Batri, Tanbou Ka & Vwa
  • Rudy Souriant (Kasouri): Pyanno a kouran & Senté, Vwa
  • Linley Marthe: Bas
  • Dominique Tauliaut: Konga, Ka makè, Ka boula
  • Gérald Grandman: Saks ténò & soprano
  • Sylvain Ransy: Pyanno a kouran

Ankh

Dans l’Egypte ancienne, le signeD,  ANKH, à un autre niveau d’interprétation, symbolise l’être humain en son intégrité sociale, spirituelle et cosmique : l’anse représente la tête (Raison) ; la barre, les bras (lien entre Ciel et Terre) ; le trait vertical, le corps de l’homme entre Ciel et Terre. Ce qui signifie que l’être humain est intrinsèquement lié à tout le Réel et qu’il n’est qu’une vibration vivante et intelligente du cosmos primitif.

L’ANKH, symbole puissant s’il en est, noue par conséquent l’homme à la terre, au ciel, au système solaire, au cosmos tout entier. La vie humaine fait partie – est une partie – de l’ensemble des manifestations passées, présentes et futures, de l’Univers changeant, et pourtant toujours le même en son immensité infinie.

Mframadan
Nyansapo