M Ségou

8 –  M  Ségou     (12’07)

Sématawi, sanblémayé a 2 tè



Mwen enmé fòm a kalmason la davwa i ka ba-w on lidé a gran-wouvè é fè-douvan. Ki ou sonjé-y konsi ou konsa, i sé on manman-vant, wouchach a Divinité la o fon annou, ouben on lonji kosmik a sa pou nou yé.
J’aime la spirale, parce qu’elle représente à la fois l’idée d’ouverture et de progression. Qu’on l’envisage dans un sens ou un autre, elle est protection, recherche du divin caché au plus profond de nous, ou extension à l’infini de notre plénitude d’être.

Iterou Ogowé, L’harmonie Kamite, Éditions Menaibuc, 2013, p. 44.


Asepté kritinizé kò aw, sa ka sòti adan on difé ki andidan voumenm-voumenm a-w. Moun la ki ni difé la adan-y la, i ni fòs la pou fè on lo biten. Sé moun la ki pa ni flanm andidan a yo, yo ka kritinizé restan moun.
Le sacrifice est le fait d’un feu intérieur. Seul celui qui brûle intérieurement est capable de se sacrifier. Ceux qui sont éteints intérieurement sacrifient les autres.

Kimbembe Nsaku Sêngele, Ntangu yi fweni. Voici venu le temps, Amouna Hungan Ga, 2ème éd., an 50, p.146


M  Ségou

  • Moun ki fè: Gistavlabéka
  • Gérald Grandman: Saks ténò & soprano
  • Gistavlabéka: Batri
  • Linley Marthe: Bas
  • Sylvain Ransy: Pyanno a kouran
  • Dominique Tauliaut: Konga, Ka makè, Ka boula

Tout sé son la

 

Ankh
Mframadan
Nyansapo